Les clartés dans l’obscur

« Si les poèmes trouvent les clartés dans l’obscur, c’est justement parce qu’ils ne demandent pas de maîtriser l’éblouissement, et un tel pari est au plus près de l’enfance, du jeu de l’enfant. »

Serge Martin (en entretien avec Yann Miralles)

Cet article a été publié dans Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s