Une avancée de l’insondable

« L’univers est langage. La poésie est langage. Nous apprenons toute une vie, dans le creusement tenace, à faire en sorte que les deux se retrouvent. Bien sûr, il y a les philosophes, les historiens, les scientifiques et autres chercheurs, eux sont du spectacle, parce qu’un jour ils proposent des solutions pragmatiques. La poésie, elle, n’est pas une solution mais une avancée de l’insondable par l’exploration du langage et sous son impulsion. »

Christian Da Silva (en entretien avec Michel Baglin)

Cet article a été publié dans Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s