Ce qui affleure

« Apprendre à lire le non dit, le pas encore dit
ce qui affleure
apprendre à lire le chiffre des nuages et la fleur du givre
le oui et le non de l’enfant avant sa parole
le regard du chat
le chuchotis des sentiments
les pattes d’oiseaux sur le sable
le syllabaire de Ras Shamra
les migrations des esturgeons
s’en aller à la fin comme celui-là
qui, à la nuit tombée, fait en silence la route du retour. »

Claude Roy

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s