Déjà tu reconnais

« Entre les plis de la pluie,

les premières encres

sèchent encore au verger

et déjà tu reconnais l’oiseau

à son empreinte sur le vent,

à ce chant en suspens

dans l’instant du pommier,

à ce rien

qui allège ton cœur. »

Gérard Cousin

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s