La mémoire se couche ici

« La mémoire se couche ici,

Ce qui n’a pas de mots

Ce qui n’a plus de lieu.

Mon aujourd’hui

Convie le temps

Pour le retourner comme un gant

Que l’envers et son contenu en soient délivrés

Que ma main retrouve ses racines

Qu’entre mes doigts

Ce soit tout de l’être

Ce soit l’enfant et son chien éclaireur

Ce soit le filigrane de la longue promenade

Le plein ciel

Et ce que je ne sais pas encore de la mort maraudeuse. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s