Ils inventent une langue

« Les enfants sont amoureux, ils aiment sans savoir qui. Ils bégaient, ils se retranchent, subtils, dans une pâleur indéfinissable, et quand ils sont au bout de leur rouleau, ils inventent une langue qui les rend fous. Mon poisson. Ma ligne. Mon renard. Mon piège. Ma flamme. Toi mon onde. Toi ma vague. Toi mon sol intime. Toi mon si. Et toi mon mais. Ou bien. Ou bien. Ou alors. Mon tout… Mon tout. »

Ingeborg Bachmann

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s