Force de la fragilité des choses

« Un silence s’est étendu, doux comme forêts ensoleillées d’hiver…

Mon pied est devenu si prudent et ne trébuchera plus…
Ma main est devenue si attentive et ne tremblera plus…
J’ai été emportée par la force de la fragilité des choses. »

Karin Boye

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s