Le fondement des choses

« Dans l’usage de la vie pratique, le langage est un instrument et un moyen de compréhension, il est la voie qu’emprunte la pensée et qui s’évanouit au fur et à mesure que s’accomplit le parcours. Mais, dans l’acte poétique, le langage cesse d’être un instrument et il se montre dans son essence qui est de fonder un monde, de rendre possible le dialogue authentique que nous sommes nous-mêmes… En d’autres termes, le langage n’est pas seulement un moyen accidentel de l’expression, une ombre qui laisse voir le corps invisible, il est aussi ce qui existe en soi-même et, à ce titre, par l’enchaînement des forces qu’il figure, il se révèle comme le fondement des choses et de la réalité humaine. »

Maurice Blanchot

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s