La traversée de rideaux d'encre

« Ma vie, dont cette poussée du train dans la nuit glacée n’est qu’une image, est la traversée de rideaux d’encre. Ma petite main d’enfant écarte les rideaux, les uns après les autres. J’attends l’impossible… Je sais d’avance que je ne serai pas déçu. L’impossible est par définition ce qui nous comble. »

Christian Bobin

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s