Le monde est à reconnaître

« Quand j’écoute et n’entends pas,
quand je regarde sans voir,
quand je marche sans un pas, quand mon soleil devient noir,

je disparais sans mourir,
je vis sans mouvement.
Nul espoir nul souvenir
dans les forges du moment.

Fondre ? Soit, mais pour renaître !
Finir pour recommencer !
Le monde est à reconnaître
sur les chemins effacés. »

Jean Tardieu

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s