Il posa sa main sur la page

« Il posa sa main sur la page
Pour ne pas voir la feuille blanche.
Et il vit dessus sa main nue.
Alors il ferma aussi les deux yeux, et entendit
Monter en lui, ensevelie,
la ténébreuse, l’indescriptible blancheur. »

Yannis Ritsos

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s