La parole ténue du poème

« La parole ténue du poème n’est rien, dirait-on tout d’abord. Et pourtant, il suffit parfois d’un peu de temps, d’un changement dans les idées et la perception du temps… et le poème non perçu, non aperçu devient le plus rare, le plus essentiel des messages. Et il trouve des voies, de secrets passages pour franchir les barrières d’abord dressées contre lui… Long, très long est le cheminement du poème ! »

Alain Suied

Cet article a été publié dans Extraits, Lettre, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s