C’est seulement que j’éprouve ce que j’écris

« Et si je m’imagine parfois

Être un petit agneau

Ou bien tout le troupeau

Quand il s’éparpille tout au long de la pente

Pour être mille choses heureuses à la fois,

C’est seulement que j’éprouve ce que j’écris au coucher du soleil

Ou quand un nuage passe sa main devant la lumière

Et que dehors court un silence sur l’herbe. »

Fernando Pessoa

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s