Hémisphères d’un même fruit

« Nous qui sommes deux à être seuls

tels les hémisphères d’un même fruit
dont chaque moitié recompose
à part soi l’unité entière.

C’est ensemble et distincts
que nous voyageons de concert,
nous accompagnant en tout, complices,
ayant chacun un abîme bleu dans l’âme.

L’aubaine n’est rien si on n’en prend conscience.
Au déclin de chaque jour, sous le ciel fourmillant d’étoiles,
il nous faut célébrer
le plaisir qu’il y a dans la vie même,

confondu au plaisir d’être ensemble,
la jouissance de soi, de l’autre,
de cet autre que nous sommes en même temps pour l’autre
et de ce nous qui est comme un kaléidoscope

réfléchissant à l’infini la lumière du dehors,
en des fragments mobiles de verres colorés,
des variations incessantes qui sont chaque fois
un achèvement alors que déjà s’amorce autre chose. »

Jean-Pierre Otte

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s