Comme le soir est impalpable

« Je ne veux pas te quitter
mon sourire est attaché à ton corps
et le baiser de l’algue à la pierre
à l’intérieur de mon âge je porte un enfant gai et bruyant
Il n’y a que toi qui saches le faire sortir du coquillage
comme l’escargot avec de fines voix

parmi l’herbe
il y a les mains fraîches des fleurs qui se tendent vers moi
mais il n’y a que ta voix qui soit fine
comme ta main est fine comme le soir est impalpable. »

Tristan Tzara

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s