Au-delà de notre oubli

« Le bâton, les pièces de monnaie, le porte-clés,
la serrure docile, les lettres tardives…

Un livre, et, entre ses pages, la violette flétrie,
monument d’un soir
sans doute inoubliable mais déjà oublié,
le rouge miroir occidental dans lequel une illusoire aurore brille…

Combien de choses
aveugles et si étrangement discrètes !
Elles dureront au-delà de notre oubli,
elles ne sauront jamais que nous sommes partis. »

Jorge Luis Borges

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s