Science qu’avive le vent

« Sous le porche,
La lumière de l’hiver, et sur le perron de pierre
La silhouette d’un mendiant qui frissonne…

Foyer glacé où s’infiltre la pluie –
Étincelante flaque où vogue la vie sans âme des nuages…
Un regard que l’on jette de très loin, dans la solitude…
Aube d’une vérité ancienne…
Espace éperdument ouvert. Science qu’avive le vent. »

Seamus Heaney

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s