Le monde ne me doit rien

« Oui, je suis vraiment un cancre
Vivant parmi les arbres et les plantes.
S’il vous plaît ne me questionnez pas à propos de l’illusion et de l’illumination –
Ce vieux bonhomme aime simplement se sourire à lui-même.
Je patauge dans les cours d’eau avec des jambes osseuses,
Et transporte un sac rempli de beau temps de printemps.
C’est ma vie,
Et le monde ne me doit rien. »

Ryōkan Taigu

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s