Tout réclame le feu d’un regard

« L’insecte apeuré qui s’esquive

La feuille qui frémit avant la chute

Coccinelle translucide

la goutte qui doucement

descend sur la fenêtre

La poule d’eau

fébrile sur la rive

Le nuage isolé

là-haut qui se déchire

La petite flaque

prise par la gelée tardive

Même la pierre sèche

brûlant l’été sur le chemin

Tout

Tout réclame le feu d’un regard. »

Philippe Mathy

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s