Les nuages ont la mémoire courte

« Elle avait une robe de grand vent

Des yeux pour voir

Et des cris d’oiseaux dans les yeux

Elle avait l’air d’être faite pour marcher sur la terre

Je ne pouvais plus mettre de nom sur son visage

Je ne pouvais plus la reconnaître qu’à mon amour. »

Jean-François Chabrun

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s