Où accueillir sans bruit les mots du jour

« J’aime venir ici
Aux heures de broussailles
Et de friche

Il se trouve toujours
Un sentier à découvrir
Une trace à quémander
Aux ronces

Sur les feuilles
On entend marcher
Le cœur
Et
Le vent
À parts égales

Et l’on trouve toujours
Un muret
Un tronc familier du lierre
Où accueillir sans bruit
Les mots du jour. »

Alain Boudet

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s