Dénicheur

« Je serai ton dénicheur

Dans le silence suspendu

Nous nous étonnerons des merveilles trouvées

Et interrogerons le jamais vu…

Neuf à transformer les coursives en balcons

Et la petite cour en pays…

Je serai celui qui donne une histoire à l’épouvante

Un visage au monstre

Un poème au fait divers

Une passerelle aux contraires…

Je serai la mémoire du lieu qui n’existe pas

L’écrivain de ce qui ne s’écrit pas

Les gardes me demanderont mon nom

Je dirai je suis le matin

Et mon fils est le jour :

Je viens lui rendre visite. »

Nourredine Ben Bachir

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s