À travers le chemin passé

« À travers le chemin passé,
Où l’herbe sauvage se précipite maintenant brunâtre,
Les branches silencieuses méditent…

C’est la même chose quand l’eau bleue est teintée dans la roche.
La complainte du merle est douce.
Un berger, sans voix, suit le soleil qui descend la colline d’automne…

Une fenêtre ouverte vibre doucement. »

Georg Trakl

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s