Dans le temps de la page écrite

« Dans le temps de la page écrite

Dans le temps de reconnaître

De franchir

Dans le temps de l’autre temps

Dans le temps de ta petite main

Dans le temps d’une sorte de magie

Qui cherche à travers toi

Dans le temps qui vivra

Dans le temps du recueil des choses

Dans le temps du feu intérieur

Et le temps du bout de la langue

Dans le temps de ce qui en toi se fait simple lecteur de ta vie

Dans le temps de la halte tournée vers l’ouvert

Dans le temps de craquer l’allumette

Et de la flamme qui incendie le présent

Dans le temps de ton retour

Par une nouvelle étreinte

Dans le temps de l’été qui follement revient

Et qui parle à ton enfance. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s