Nous sommes aux oiseaux

« Nous sommes aux oiseaux, et nos coudées sont franches
Les beaux soirs de frairies.
C’est nous encore, gestueux comme dix mille branches
Chiffonnes ou fleuries.
Nous ressemblons au jour qui ralentit sa course
Pour voir ensoleillé son portrait dans la source.
Nous sommes l’abeille cirière,
Sur le chantier la fourmi menuisière,
En haut d’un picholin la cigale à tambour
Et le grillon dans la gloriette du four.
Nous fréquentons le troglodyte
Mignon dont le cœuret palpite,
Le pitchou, la lulu, la grande charbonnière ;
Nous parlons hirondelle, en rang sur la gouttière. »

Henri Pichette

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s