Davantage en veille

« Notre paresse d’être est profonde, nos endormissements de pensée fréquents. Notre existence est scandée d’éclipses, plus ou moins longues, engrisaillantes. Écrire est une façon, parmi d’autres, d’essayer de se tenir davantage en veille dans l’immense lieu commun des passions, en travail dans le vrombissant lieu commun de la langue ; et ainsi d’accéder, parfois, à un peu d’insoupçonné, d’assister à de minuscules apocalypses. »

Sylvie Germain

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s