Sous la main d’écriture

« A la surface de toi-même

Le désert

Compte ses grains.

Le vent sculpte toujours

Les mêmes dunes.

Tu suis la caravane

Du texte

Tandis que sous la main d’écriture

Un ru irrigue en silence.

Tu ne le sais pas encore

Que tu caresses de la paume

Le ventre d’une prairie naissante.

Un jour l’abeille d’un mot

Se posera sur ta joue

Et fera du miel

Avec ta vie. »

Cédric Migard

 

 

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s