Tu es la goutte et l’océan

« Tu es la goutte et l’océan
Mon cœur porte ta marque,
Il n’est pas ailleurs.
Sans les autres, tout va.
Sans toi, rien ne va plus.

Toi mon vin, mon ivresse,
Mon jardin, mon printemps,
Mon sommeil, mon repos,
Sans toi, rien ne va plus. »

Djalâl ad-Dîn Muḥammad Rûmî

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

L’oiseau

« L’oiseau

Ce soir

A traîné trop de jour

Trop d’éther

Trop d’amour

Pour se poser déjà. »

Cédric Migard

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Le temps qui passe

« Le temps s’est écoulé comme une rivière, je ne l’ai pas vu passer !
J’ai compté mes années et j’ai découvert que j’ai moins de temps à vivre ici que je n’en ai déjà vécu.
Je n’ai désormais pas le temps pour des réunions interminables, où on discute de statuts, de règles, de procédures et de règles internes, sachant qu’il ne se combinera rien…
Je n’ai pas le temps de supporter des gens absurdes qui, en dépit de leur âge, n’ont pas grandi.
Je n’ai pas le temps de négocier avec la médiocrité.
Je ne veux pas être dans des réunions où les gens et leur ego défilent.
Les gens ne discutent pas du contenu, à peine des titres.
Mon temps est trop faible pour discuter de titres.
Je veux vivre à côté de gens humains, très humains.
Qui savent sourire de leurs erreurs.
Qui ne se glorifient pas de victoires.
Qui défendent la dignité humaine et qui ne souhaitent qu’être du côté de la vérité et de l’honnêteté.
L’essentiel est ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue.
Je veux m’entourer de gens qui savent arriver au cœur des gens.
Les gens à qui les coups durs de la vie ont appris à grandir avec des caresses minces dans l’âme.
Oui… J’ai hâte… de vivre avec intensité, que seule la maturité peut me donner.
J’exige de ne pas gaspiller un bonbon de ce qu’il me reste…
Je suis sûr qu’ils seront plus délicieux que ceux que j’ai mangé jusqu’à présent. »

André Gide

Publié dans Citations, Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

De part et d’autre

« De part et d’autre des choses, des branches, du ciel,

Où la lumière se surprend de l’autre côté d’elle-même,

Où la pensée a mué

Pour n’être que le serpent d’une caresse,

La joie à devenir pierre et mousse.

Où tu viens avec ton silence,

Ce qu’il reste à vivre de chaud,

La sommation du présent,

Tes bruyères pour définir la plaine,

Tes fleurs mouillées au matin de la nuit pleine,

Un corps pour rompre avec le passé et ses fatigues

Et pour danser comme l’ombre d’un sourire dans les banlieues du regard.

De part et d’autre des choses, des branches, du ciel,

Où tu viens et je viens,

Où tu replantes ce jardin et son double,

Où tu palpites,

Où j’écoute ton ventre

Le ventre sur l’herbe. »

Cédric Migard

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Le porte-parole de notre conscience

« Prendre soin des mots, c’est prendre soin du réel qu’ils transportent. L’acte créatif est celui qui soigne notre impuissance à jouir du présent avec suffisance. La joie est un sanctuaire ouvert à chacun mais l’on n’y rencontre qu’un petit nombre de personnes, un cercle restreint de profanes en état de grâce. Mais alors n’est-elle promise seulement à quelques initiés ? Non bien sûr ! Mais elle nécessite un recueillement préalable… La joie simple, la simple joie, navigue dans notre sang jusqu’à la rencontre des faits qui lui offrent d’éclater de rire. Parce que la joie est la résistance universelle à la cruauté de l’existence, elle est le porte-parole de notre conscience. »

Bruno Bourdiol

Publié dans Citations, Extraits, Théorie | Laisser un commentaire

Regard sur les choses

« Toutes les réponses nous entourent, le jappement d’un chien, les pin-pon d’une ambulance, le rire d’un ruisseau, le ronflement d’un chat ou celui d’un moteur, le sifflement des balles, l’étonnement d’un enfant, les cris d’amour des musaraignes, la taille des objets, l’âme des arbres, celle des hommes… Puisque le sommeil des choses est sans rêve et sans trêve, je veux saisir la vie avec ses pages trempées de boue, ses brouillons, ses brouillards, ses bafouilles et ses mots…  Depuis tout petit, je m’échine à grignoter les mots, le pain du jour tombé en miettes. J’écris comme une brouette chargée en trop, une soupe qui déborde, un petit-lait qui monte. Je voudrais que ce livre écrit sur rien se tienne par ses phrases, non pas leur style mais l’âme qui les habite.

Ce n’est jamais les choses que l’on voit, mais son regard sur les choses. »

Jean-Marc La Frenière

Publié dans Extraits, Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Désertion

« La poésie
a pour fonction d’inciter à la désertion
et laisse une poubelle éclaboussante
de dahlias. »

Serge Pey

Publié dans Poésie, Théorie | Laisser un commentaire

Les choses

« Je sais
que les choses
ont déjà échangé
leurs noms
et commencent
à se parler
dans la lueur inhabitée. »

Serge Pey

Publié dans Extraits, Poésie, Théorie | Laisser un commentaire