Un enfant recompose l’horizon

« Un enfant recompose l’horizon ;

Une mer textuelle

Sous la plante de ses pieds

Annonce la couleur

De la présence de tout

Qui lui coûtera l’absence

De ce à quoi tous s’accrochent.

Il ouvre les vannes de la lumière

Qui serpente à travers lui

Et c’est un long dialogue qui s’amorce,

Parole pour la nuit et la vie entière,

Vagues

Venues bercer son temps

A l’unisson

De la solitude et des métamorphoses.

De ce qui s’accomplit.

C’est une pêche miraculeuse

Et l’enfant devient le pêcheur et le poisson.

Il infuse dans l’étendue,

Il croît depuis le centre élémentaire,

Il naît et naît d’un profond silence,

Il se déploie ainsi qu’une myriade de mains invisibles

Dans le sillage du soleil couchant.

Mon poème revient sans cesse

Se ressourcer à cet enfant-là.

C’est mon ami,

Mon frère, mon père, mon enfant,

Mon passé, mon devenir. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s