Qu’un récit de nomade

« Plus nous avançons vers ce qui nous différencie,

plus des voix se resserrent autour de nous.

Voix de plein champ.

Voix désertée.

Mais ce qui s’approche ne nous rejoindra pas.

Ni l’homme qui appelle ni l’homme qui se tait.

Ce qui aura lieu ne sera qu’un récit de nomade,

tracé sur le sable,

avec un doigt d’enfant. »

Thierry Metz

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s