Roman et invention

Le roman est du domaine de l’invention au sens où Christophe Colomb inventa l’Amérique, au sens où l’archéologue invente l’artefact endormi sous la terre. Inventer est bien le propre de l’écriture de fiction. Inventer, du latin « invenire »: « découvrir », « apprendre », « trouver ce qui est là » mais « qu’on ne savait pas », s’approcher de l’essence même d’une vérité, d’une réalité cachée sous la couche de vernis de ce que nous nommons le réel. A différencier donc de la création qui, elle, consiste plutôt en un travail de fabrication, d’artifice et où, sous les oripeaux de l’imagination et de la virtuosité, les pieds demeurent encore et toujours prisonniers dans le béton du réel. L’un des enjeux de l’écriture réside là, dans ce passage subtil et libérateur de la création à l’invention, d’un mouvement de surface à un mouvement de creusement.

Et je mettrais en parallèle avec ceci un extrait emprunté à L’art du roman de Milan Kundera: « Découvrir ce que seul un roman peut découvrir, c’est la seule raison d’être d’un roman. Le roman qui ne découvre pas une portion jusqu’alors inconnue de l’existence est immoral. La connaissance est la seule morale du roman ».

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Articles, Citations, Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s