Point de vue du personnage

Voici trois versions d’un texte écrit par une participante, Marianne P., lors des ateliers, ses réflexions personnelles ainsi que ce qu’elle a retranscrit de mes commentaires. Ceci illustre une fois encore la nécessité du retravail dans l’écriture, dans l’idée de remettre sans cesse en question sa place autocratique d’auteur et dès lors de fusionner le plus totalement possible avec le point de vue du personnage de son récit. Avec le recul, je pense que l’élément du « père qui se meurt » pourrait en fin de compte être inclus dans la dernière version du texte sans déséquilibrer la séquence ni induire chez le lecteur une mise à distance. Car, en effet, tout se dit désormais vraiment depuis le couscous et la mer…

Fatima version 1  (… Je trouvais ça très bien)

« Le père de Fatima se meurt, de l’autre côté de la mer. Loin de la ville grise, après les autoroutes et les aéroports, par-delà les frontières. Très loin, après la mer et le sable.

Fatima prépare le couscous en regardant les nuages, le père se meurt, son visage tout plissé, une figue sèche et ses grands yeux brillants d’olive noire. Fatima épluche les navets, découpe les carottes, 5 ans depuis le dernier couscous au village, loin de l’autre côté de la mer. On se léchait les doigts, le mouton fondait dans la bouche, le père mangeait à petits coups, les yeux tournés vers la mer qui allait prendre Fatima. Il ne souriait plus, perdu dans son visage ratatiné, une vieille figue brune et sèche. La mer est toujours là, les oignons piquent aux yeux, le père se meurt et Fatima maudit la mer. »

Commentaire : enlever tout ce qui est explicite et met à distance. « Le père se meurt » : peut-être pas utile?Ingrédients de la mise en scène, colonne vertébrale et lexique du texte = le couscous et la mer. « Le père se meurt » : ne s’appuie pas sur ces éléments de mise en scène. Retravailler : tout dire à partir du couscous et de la mer. Ancrage : s’attacher à ce qui est là, ne pas amener des éléments extérieurs. La logique du texte c’est de dire A (le couscous) pour dire  B (l’éloignement) et ne pas faire intervenir B en direct.

Fatima version 2  (… donc là, inspiration coupée, gardons l’essentiel…)

« Fatima jette les oignons dans l’huile, ça pique aux yeux. 5 ans déjà, de l’autre côté de la mer le père flotte dans son burnou de laine, corps noueux d’un sarment de vigne presque fendu. Les parfums des herbes s’enroulent autour de Fatima et lèchent les carreaux. Bien loin, le père suce un morceau de pain trempé dans l’huile, son cœur s’enfuit de l’autre côté de la mer. »

Fatima version 3  (… et ici, grâce au Maître, la perfection absolue…)

« Fatima roule les petits grains de semoule dans l’huile et caresse le large plat de terre rouge. Dehors une pluie grise et froide, une ville rauque, le vent du nord. Fatima chante tout bas, la chanson des mères qui bercent les enfants quand la kasbah s’endort. Elle est loin la kasbah, le père est là-bas, de l’autre côté de la mer. Fatima épluche les navets, coupe les carottes, les jette dans la casserole où le mouton frémit dans un jus doré. Le parfum des épices lèche la fenêtre qui se voile dans la chaleur du couscous. Le père est de l’autre côté de la mer. Cinq ans depuis le dernier couscous au village, il se léchait les doigts, ses yeux d’olive noire brillaient dans son visage plissé, vieille figue brune et sèche. Il regardait la mer et les bateaux, la mer qui se gonflait pour prendre Fatima. Les oignons piquent aux yeux, quelques gouttes sur les olives, le père flottait dans son burnou de laine. Le village est très loin, là-bas derrière la mer. »

Et donc ici, commentaire élogieux du Maître, visiblement content de son sécateur…) : intrication, polysémie constante . Lien au début entre l’alimentation, la caresse, la tendresse, l’enfance. Puis des mots de coupure (épluche, coupe) , plus tranchants avec l’évocation du père là-bas. Il y a des analogies tout le temps, ça ne bascule pas dans l’image poétique, éthérée : pas d’image gratuite, il y a tous les niveaux de lecture dans le temps présent.

Merci à Marianne

 

 

Cet article a été publié dans Ateliers, Didacticiel. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s