Au mot

« Dans la plaine,

Un arbre

Se détache du ciel.

 

Heureusement,

Car je m’y accroche.

 

Je le constate et je me demande

Si plutôt qu’à l’arbre

Ce n’est pas au mot que je m’accroche,

 

Par exemple, ici,

Au mot noyer qui le désigne. »

Eugène Guillevic

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s