Une longue causerie silencieuse

« Chaleur

Et ne plus être l’inconnu dans sa maison

Mais une longue causerie silencieuse

Et inventer les mots de la tapisserie

 

Ici des fleurs

Ici de la menthe

Des sauges

Table mise

Corridor avec des enfants

Fenêtre ouverte

Et les rideaux s’envolent. »

Jacques Bertin

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s