Parole désencalminée

« Des soirs

Où un reflet de lampe

Offrirait son feu

A la mèche de ton oeil

 

Des soirs

Où le vent soufflerait contre la vitre

De toutes ses récoltes futures

 

Des soirs

Où le visage de ton amour

Coulerait par le lit

Que font tes paumes

 

Des soirs

Où la plus pure danse

Naîtrait de la parole désencalminée. »

Cédric Migard

 

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s