Une langue nouvelle

« Des ombres sont courbées sur des houes invisibles,
Les jardins s’enfoncent dans la fraîcheur du soir
Et pourtant doucement quelque chose s’élève,
On discerne fumures et parfums d’œillets.

Il s’épelle au plus pur une langue nouvelle.
Ici, buissons d’oiseaux crépitant près des vignes,
Langue d’herbe et d’or pâle et soudain long silence.
Un mur résiste à peine à l’air chargé de signes. »

Gérard Bocholier

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s