Sous la peau du monde

« Chacun sait – ou devrait savoir – que le poème est une lente gestation dans l’obscurité froide des profondeurs intérieures, sous cette « peau du monde » précisément. On fouille longtemps ces domaines d’ombre et d’hibernation où le sang tourne au ralenti à la recherche de ses propres pulsations, de cet autre nous-mêmes, animal d’attente et d’éveil. Et le langage fait lentement ses chemins. »

Christian Da Silva (en entretien avec Michel Baglin)

Cet article a été publié dans Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s