Un livre ouvert

« Les barques deux par deux,

comme sandales du vent

qui sèchent au soleil.

Moi et mon ombre, un angle droit.

Moi et mon ombre, un livre ouvert.

Sur le sable, couché

comme dépouille de la mer,

un enfant est endormi.

Moi et mon ombre, un angle droit.

Moi et mon ombre, un livre ouvert.

Et plus loin, des pêcheurs

qui tirent sur des câbles

jaunes dans la saumure.

Moi et mon ombre, un angle droit.

Moi et mon ombre, un livre ouvert. »

Manuel Altolaguirre

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s