Je ne fais que passer

« Je passe au bord

De ces champs, ces bosquets, ces arbres pleins de ciel bleu

La petite école communale

Avec ses oiseaux en vacances

Avec, par ses fenêtres, au bout de pinces à linge, les dernières images du monde :

Un soleil, une maison, un merle, un gribouillis de couleurs

Sur la place, le clocher sonne et c’est peut-être que la vie est en avance

Ou que le pays va ouvrir ses portes

L’été a asséché les rues

Comme des jouets abandonnés sur l’établi d’un artisan

Quelques voitures prennent la poussière

Une femme marche dans l’ombre des haies avec son enfant

La fontaine est prodigue de miracles et d’eau fraîche pour la mémoire

Je ne fais que passer

Avec la pulsation de l’encre

Qui réveille une tendresse dans le creux des chemins quotidiens. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s