Récit des petits pas

« Petite enfance et jeux de carquois,
De pals, de dards,
Et, toujours, la pâleur,
Le revers et l’avers,
Et, contre tout,
Le poids du corps.

Nous suivions le sentier;
Ne fût-ce qu’un sentier,
Ne fût-ce qu’un treillis…
Et la limite imiterait
la fin du désert,
le froid mat,
la solitude.

Mais solitude éclate.
Mots gardés par la main.
Mains qu’on savonne.
Hygiène à tête de chat.
Et yeux perdus,
Folie du regard et du regard.

Et jamais ne répéter
la même chose.
Et lèvres se taisent.
Et lèvres n’existent pas.
D’ailleurs, rien n’existe.

Et le récit des petits pas,
Des fétus,
Des ficelles nouées bout à bout…
Des ficelles qu’on trouve
Sous les pas du vent,
De l’orage et de l’océan.

Jamais l’ogre ne vient
Me dévisager.
Personne ne m’oublie.
Personne ne me parle.
Et la peau se régénère
En mille flammes.
Qui ne brûlent pas. »

Jacques Izoard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s