Nouveau-né

« Tiens,

Malgré l’accumulation des jours,

Le tas de feuilles mortes

Que le vent a poussé à l’angle des murs maçonnés avec grand soin,

Malgré toi, l’élan mis en conserve parmi les confitures et la liqueur,

De n’être pas seulement le vieil enfant de quelqu’un, ni de toi-même,

Tu as poussé en parallèle,

D’une semence anonyme :

Toujours recommencé,

Nouveau-né du poème. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s