J’étais chez moi

« L’eau m’attendait à la fontaine.

J’allais vers elle,
Son innocence,

A travers les grands arbres
De la forêt sans fin.

L’eau me connaissait.

J’étais chez moi
Au long de ce sentier.

Le vent dans les arbres
Faisait comme un chant.

Le silence était à moi. »

Eugène Guillevic

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s