Le chant sinueux

« Mais le berger à la flûte – les sages cherchèrent longtemps une raison pour le brûler. Ils ne la trouvèrent pas, malgré leur peine. Sa flûte rassemblait le troupeau : elle était donc utile. Utile est le plus clair des mots.

Pourtant la nuit, quand il ramenait ses moutons par les chemins qui serpentent dans les alpages, le chant sinueux que les bêtes suivaient laissait entendre autre chose : nul n’osait se demander quoi. »

Pierre Emmanuel

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s