Tout vient à point

« Ton regard s’ouvre infiniment

Lorsqu’un papillon déplie le dessin de ses ailes

Sur la fleur, le vieux mur

Tu te redécouvres parmi l’éboulement

Tesson dont la peinture à demi effacée

A gardé son pouvoir de métonymie

Et raconte de sa voix pauvre la scène primordiale

Tout vient à point dans le fouillis des existences et des paysages

Même le brouillard qui t’entoure, te pénètre

Contient ses quelques grammes de lumière. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s