L’audace du rouge-gorge

« Je te regarde pendant que tu lis. Seule, assise, sans voir que je suis nu derrière ce que tu fais. J’ai l’audace du rouge-gorge sur le manche d’un outil. Je m’approche au plus près jusqu’à me poser sur ton épaule. Ta main me rejoint. Tu me regardes. Nous parlons des enfants, d’un livre ou d’un film, de quelques événements.

Le soir, si je peux, je t’écris un poème qui nous sert de caisse ou de tiroir. Dedans il n’y a pas que des ruisseaux, un chemin où quelqu’un se promène. »

Thierry Metz

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s