Et tu parlais à ton enfance doucement

« C’était un jour violent comme l’été
et tu parlais à ton enfance doucement
dans cette langue d’étrangère
qui avec patience demande son chemin
à qui ne le sait pas.
Savais-tu
tandis que ta voix buvait le silence
combien il te faudrait franchir d’adieux
pour trouver la force de chérir sans mots ni larmes
tes vies disparues ? »

Jean-Pierre Siméon

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s