Il a osé

« Il a osé

Appeler où il n’y a personne

Osé marcher sur l’étang de la page

Et n’a pas été englouti

Ne s’est pas noyé

Les forces de gravité

Poussaient dans le sens du mystère

Inverse il avançait à l’envers du monde

Les pierres rondes et les algues

Se disputaient joyeusement la place aux oiseaux

Le vent dissipait les nuages des fonds remués

Pour une clarté nouvelle

Un ciel lisible. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s