Accord

« Je m’approche de la fenêtre, je regarde la pluie qui tombe, une pluie monotone, une pluie d’hiver. Je pourrais, il faudrait sans doute, ne rien dire sinon qu’elle est toujours la même, qu’il ne me reste qu’à l’oublier. Mais cette pluie, je ne sais pourquoi, refuse mon impatience. Elle est là qui persiste, qui balafre les carreaux, qui me provoque. Elle n’a pour elle que cette manière d’obstination sans but, sans histoire. Que je l’accepte seulement, que je m’accorde à sa lenteur, elle devient comme une substance bénéfique, un fluide qui me pénètre, et dans chacune de mes fibres, je sens une plénitude et un repos, oserai-je l’écrire, une bienveillance à mon égard, une salutation silencieuse de l’eau. Chaque minute est là, suspendue pour toujours. La mort s’éloigne. »

Claude Esteban

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s