Saisons qui te faisaient

« Toujours

Ça palpite

Toujours

Les saisons auront été celles

Seules

Qui te faisaient.

Tes paysages se sont échappés par la fenêtre

Pour revenir un soir d’automne

Avec le vent et sa vaisselle de feuilles mortes.

Mets la table

Pour un futur repas

Pour la pousse

La récolte

La parole.

Toujours

Ça perlabore

Ça ressuscite.

Le vol de l’oiseau que ta main épouse

Est le catalyseur

Ça entre

Ça sort

C’est reparti.

La fenêtre

Était une porte battante

Quand ton regard

Était comme une eau profonde

– Que ça éclaboussait pourtant –

Et que ton chant

Travaillait pour toi. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s