Être cet enfant qui apprend à vivre

« Où te chercherai-je
Si je n’ai la clef
Des mille serrures ?
Sous la mer qui bat
Comme un cœur dément
Ou bien dans l’écume amère des nuits ?

Comme une racine
Qui surgit des vagues
J’aurai cru parfois
Pouvoir te saisir
Mais le souvenir
De nouveau s’efface
Sous l’eau la plus vide.

Il me restera
De croire au matin
Contre tout espoir
D’être cet enfant
Qui apprend à vivre
Et qui tient sa lampe
Comme une fleur triste
Battue dans le vent. »

Hélène Cadou

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s